10 bonnes raisons de tester la Qualité de l’Air Intérieur

Pourquoi tester la qualité de l’air de sa maison ?

Acheter votre test sur Internet
Acheter
Tester la qualité de l’air que nous respirons peut rapidement apporter confort et prévenir un certain nombre de pathologie. Nous passons plus de 80 % de notre temps dans des lieux clos (logement, moyens de transport, lieu de travail/école…). L’air que nous y respirons n’est pas toujours de bonne qualité. Les sources potentielles de pollution dans les bâtiments sont en effet nombreuses : air extérieur, appareils à combustion, matériaux de construction et d’ameublement, activité humaine (tabagisme, produits d’entretien, bricolage, cuisine…).

La bonne qualité de l’air à l’intérieur d’un bâtiment a un effet démontré sur la qualité de concentration, le taux d’absentéisme, le bien-être et les relations entre les occupants. A contrario, une mauvaise qualité de l’air peut favoriser l’émergence de symptômes tels que maux de tête, fatigue, irritation des yeux, du nez, de la gorge et de la peau, vertiges ainsi que les manifestations allergiques et l’asthme.

10 bonnes raisons de tester la qualité de l’air intérieur

tester la qualité de l'airBeaucoup de produits, de matériaux et d’équipements dans la maison contiennent des substances chimiques (solvants, dégraissants, désinfectants, conservateurs, plastifiants, retardateurs de flamme…). Elles sont incorporées dans les produits de nettoyage, les cires, les parfums, les produits cosmétiques, les peintures, les colles, les éléments en plastique, les panneaux agglomérés, les tissus, les appareils électriques… pour dissoudre ou lier leurs ingrédients, améliorer leur efficacité, leur résistance, leur tenue…

Très volatiles, ces substances chimiques s’évaporent facilement lors de l’application, du séchage ou de l’installation des produits, matériaux et équipements, et même au cours de leur vieillissement. Nous pouvons alors les respirer. Ainsi, elles se dégagent des meubles cirés, des diffuseurs de parfums, des vêtements nettoyés à sec, des murs peints, des parquets vitrifiés, des moquettes, des sols plastiques, des armoires en bois aggloméré, des matelas, des tentures, des appareils électroménagers…

Elles émanent aussi des appareils de chauffage, des véhicules à moteur, de la fumée de cigarette. La preuve en est l’odeur, parfois tenace, qui flotte dans l’air de la maison. Les substances chimiques imprègnent la poussière. Elles peuvent aussi se loger pour un temps dans les tapis, les canapés, les textiles, les papiers peints, puis être à nouveau relâchées dans l’air intérieur.

Les sources de pollutions sont multiples. Il n’est pas possible de tester tous les polluants contenus dans l’air intérieur car il y en a plus de 300. En revanche, seuls une trentaines de ces polluants recensés sont connus comme nocifs et font l’objet de classifications officielles par l’OQAI (Office de la Qualité de l’Air Intérieur).

Pour répondre à la question pourquoi mesurer l’air de son habitation? Pour pouvoir vérifier la présence de polluants nocifs voire dangereux dans l’air de son habitation et trouver des solutions spécifiques pour traiter cette pollution.

10 bonnes raisons de tester la qualité de l’air intérieur

1- Prévenir l’asthme, les allergies, l’eczéma, les rhinites

Le rôle de la pollution de l’air est maintenant clairement établi par de nombreuses études dans le développement de pathologies de type allergiques. Les polluants organiques comme les solvants peuvent contribuer à la sensibilisation des individus à un allergènes. La personne devient allergique.

2- Eviter les crises d’asthme pour les personnes sensibilisées

Une fois sensibilisée, une personne ne doit pas franchir un certain seuil de concentration en allergène faute de déclencher une crise d’asthme.

3- Eviter les irritations continues des voies respiratoires et ORL plus globalement

Le mobilier émettant en permanence des polluants, l’irritations des voies ORL par ces derniers est permanente.

4- Identifier les causes du syndrome du bâtiment malsain

Le syndrome du bâtiment malsain est due à la pollution intérieure.

Les symptômes possibles sont les suivants:

– Oculaires: les yeux secs et qui démangent.

– Respiratoires: Difficulté à respirer, congestion des voies respiratoires, irritation des sinus, rhinite.

– Globaux: maux de tête, fatigue, difficultés de concentration.

5- Choisir ce que l’on respire parmi les 22000 litres d’air quotidiens

Contrairement à l’eau dont il est relativement aisé de choisir celle que l’on boit, pour l’air cela est plus délicat. La réalisation de test permet de connaître la composition de ce qui se trouve dans l’habitât.

6- Améliorer la qualité du sommeil.

Le sommeil peut-être perturbé par la pollution intérieure. D’une part par les irritations qu’elle peut provoquer mais également par son impact sur le système nerveux centrale.

7- Offrir à son organisme un espace sain pour qu’il puisse se ressourcer après les agressions et pollutions quotidiennes

Dans les cycles de vie actuels, nos organismes sont soumis à rude épreuve. La pollution extérieure induit un stress sur notre métabolisme. Offrir un espace sain à notre organisme lui permet de se ressourcer.

8- Découvrir le confort d’un air pur

C’est précisément celui qui nous pousse à rechercher le « bol d’air pur ». Respirer un air pur permet une relaxation indispensable dans les rythmes quotidiens.

9- Eviter les effets sur le système nerveux

De nombreux polluants environnementaux agissent sur le système nerveux. Les composés organiques volatils (COV) ou solvants sont les plus dangereux pour ce dernier. Ils ont deux actions principales, une narcotique (entraînant une diminution des capacités intellectuelles) et une neurotoxique.

10- Eviter les effets cardiovasculaires de la pollution

La fumée de tabac ou la monoxyde de carbone impact directement le système cardiovasculaire et notamment le cœur qui est très sensible à une baisse de l’oxygénation du sang.

Découvrez toute notre gamme de test de la qualité de l’air intérieur ici

Les kits les plus consultés:

Kit chambre d’enfant

Moisissures nocives

Allergènes d’acariens

Principale pollution chimique: le formaldéhyde